Carmignac préfère les valeurs de croissance

Partager
Frédéric Leroux, responsable de l'équipe "Cross-Asset" de la société de gestion, anticipe un repli des taux d'intérêt à dix ans et une évolution plus favorable des actions dans les prochains mois.
Par Romain Dion
Publié le 09/10/2023 à 09h05 | mis à jour le 12/10/2023 à 16h34
Cet article est réservé aux abonnés.

m88vinLiên kết đăng nhập

m88vin

Frédéric Leroux, responsable de l’équipe «Cross-Asset» (allocation d’actifs) chez Carmignac, pense que le ralentissement économique devrait prendre de l’ampleur aux Etats-Unis, après une résilience remarquable de la consommation et de l’emploi. L’excès d’épargne accumulé pendant le Covid est maintenant consommé, le marché de l’emploi se dégrade et la hausse des salaires va peser sur les marges des entreprises (chacun redoute l’effet «ketchup» quand les indicateurs avancés se dégradent soudainement).

Des marges sous pression

Les prévisions de bénéfices du consensus des analystes d’une hausse à deux chiffres en 2024 pour les sociétés du S&P 500 paraissent donc trop optimistes. L’économie européenne est encore moins bien lotie. La crise énergétique est encore bien présente, au moment où les salaires augmentent. S’y ajoute le déclin de la Chine, la crise immobilière et la perte de confiance des agents économiques du pays, qui alimentent des pressions déflationnistes dans le monde.

Le ralentissement est donc synchrone mais l’expert ne croit pas à une récession forte. Il constate une «humeur sociologique» où «personne ne veut souffrir» et où une dégradation trop marquée de la conjoncture entrainerait une réaction des gouvernements et des banques centrales.
Frédéric Leroux privilégie donc un scénario où l’activité ralentit et où l’inflation poursuit son repli à court terme, ce qui devrait favoriser les actions pendant un à deux trimestres («bad news is good news»).

Le mouvement profiterait surtout aux grandes valeurs de croissance dites à « longue duration », affichant des perspectives de développement et des ratios de valorisation élevés, au détriment des valeurs cycliques plus sensibles à la conjoncture.
Mais l’inflation devrait rester plus élevée que dans le passé pour des raisons structurelles:
  • Vieillissement de la population (moins d’épargne, taux plus élevés pesant sur l’investissement) ;
  • Main d’œuvre chinoise devenue moins bon marché ;
  • Démondialisation et tensions géopolitiques (hausse du pétrole) ;
  • Transition énergétique à marche forcée au détriment de l’efficacité.

Santé et technologie

Le fonds flexible prudent Carmignac Patrimoine (+2,54% sur un an au 25 septembre, 69e sur 290 selon Quantalys) a une exposition aux actions de 38%.
Les thématiques privilégiées dans le fonds sont, pour la partie croissance, la technologie et l’intelligence artificielle, les sociétés de santé luttant contre l’obésité et la consommation courante.
Le fonds est aussi exposé à l’inflation de long terme, avec des sociétés d’énergie, de matières premières (dont l’or), d’industrie et des financières.
Le fonds est également investi dans la dette privée des entreprises et la dette des pays émergents. Le cash pèse 10%.

fun88k 8xbet gg mu88 bet fun88 chính thức w88no1

Articles réservés aux abonnés