Impôts 2024 : les automobilistes plus «rackettés» que jamais

Partager
En 2024, près d'un acheteur sur deux d'une voiture neuve devrait payer le malus écologique. Une taxe qui peut désormais atteindre 60 000 euros ! C'est la conséquence de l'alourdissement de la fiscalité verte inscrite dans la loi de finances.
Par Christine Blondel
Publié le 02/01/2024 à 07h05 | mis à jour le 24/01/2024 à 15h41
Cet article est réservé aux abonnés.

m88vinLiên kết đăng nhập
(© Adobestock)

m88vin

Les acquéreurs de véhicules de tourisme jugés « sales » vont écoper d’un malus plus sévère. Le nouveau barème CO2 conduira à soumettre 42% des voitures vendues au malus en 2024, contre 37,5% en 2023. Le bonus écologique est désormais réservé aux véhicules électriques respectant de nouveaux critères environnementaux validés par le gouvernement.

Augmentation du malus en 2024

Sauf si leur choix se porte sur l’électrique, les acquéreurs d’un véhicule neuf doivent lors de son immatriculation s’acquitter d’un malus dont la première composante est calculée en fonction du taux d’émission de CO2 et la deuxième en fonction du poids. Le nouveau barème du malus CO2 entré en vigueur le 1er janvier dernier est durci car il débute dès 118 g/km contre 123 auparavant, ce qui fait que la quasi-totalité des véhicules essence en est redevable (par exemple, la Dacia Sandero essence voit son malus CO2 passer de 100 euros à 210 euros et la Peugeot 2008 de 210 euros à 310 euros).

Par ailleurs, ce malus CO2 culmine à 60.000 euros (au lieu de 50.000 euros) dès 194 g/km (contre 223 en 2023). Troisième mauvaise nouvelle, le plafonnement de ce malus à 50% du prix d’achat est supprimé. Ainsi par exemple, selon le magazine L’auto-Journal, pour une Ford Focus ST 280 ch facturée 41.700 euros le malus s’élève à 28.413 euros et une Honda Civic type R 329 ch coûtant 57.220 euros supporte un malus de 35 346 euros. Et pour acquérir une Land Rover Defender 90 D200, il faudra débourser presque deux fois le prix du véhicule (63.800 euros) le malus atteignant 60.000 euros.

Quant au malus dit « au poids », il se déclenche maintenant à partir de 1,6 tonne au lieu de 1,8. Et surtout son mode de calcul change car son barème, auparavant fixé à 10 euros par kilo supplémentaire, devient progressif. Par exemple, un véhicule de 2.200 kg voit son malus au poids bondir de 4.000 euros à 14.455 euros. Les hybrides rechargeables d’une autonomie supérieure à 50 km n’étant plus exonérées de malus au poids à partir de 2025, elles bénéficieront d’un abattement de 200 kg traduisant forfaitairement le poids de la batterie (dans la limite de 15% de cette masse).
Coup dur enfin pour les familles nombreuses, la réduction du malus qui leur est accordée étant désormais limitée à une fois par période de deux ans pour contrer les dérives abusives.

Un bonus 2024 pour les voitures électriques essentiellement produites en Europe

Le bonus écologique entré en vigueur le 15 décembre dernier (éventuellement cumulable avec la prime à la conversion) est également restreint puisque, outre un critère de prix (47.000 euros TTC hors options) et de poids (inférieur à 2,4 tonnes), les véhicules électriques doivent désormais respecter un score environnemental minimal pour en bénéficier.

Sans surprise, les véhicules produits en Asie sont pénalisés et selon la liste des modèles éligibles rendue officielle dans un décret publié au Journal officiel le 15 décembre (liste qui sera régulièrement mise à jour en fonction des évolutions de prix des constructeurs), la Dacia Spring et la Tesla Model 3 perdent le bonus, alors que la ë-C4, la ë-Berlingo, le e-Rifter et le Model Y de Tesla décrochent le coup de pouce de l’Etat.

Le site score-environnemtal-bonus-ademe.fr met à disposition des futurs acquéreurs un moteur de recherche pour identifier si le véhicule de leur choix est éligible au bonus. Pas de changement en revanche en ce qui concerne le tarif du bonus qui est de 7.000 euros maximum pour les ménages dont le revenu fiscal de référence ne dépasse pas 14.089 euros/part. Sinon, il n’est que de 5.000 euros maximum.
Dans le même temps, le gouvernement a lancé un système de leasing à 100 euros par mois pour un véhicule électrique (environ 20.000 véhicules disponibles en 2024). Les véhicules éligibles sont ceux bénéficiant du bonus écologique. Les personnes pouvant postuler à cette opération doivent afficher un revenu fiscal de référence inférieur à 15.400 euros/part et être de gros rouleurs (renseignements sur mon-leasing-electrique.gouv.fr).

m88vin

fun88k 8xbet gg mu88 bet fun88 chính thức w88no1

Sachez aussi : Le bonus 2023 ne s’applique plus depuis le 10 octobre 2023. Il continue néanmoins de bénéficier aux véhicules neufs commandés avant le 15 décembre 2023 inclus et facturés le 15 mars 2024 au plus tard.

fun88k 8xbet gg mu88 bet fun88 chính thức w88no1

Articles réservés aux abonnés