Moins d’appartements à louer en France, «baisse fulgurante» à Paris

Partager
Il est de plus en plus difficile de trouver un appartement à louer en France avec, fin 2023, une baisse de l'offre locative de 36% en deux ans, encore plus forte à Paris, avec 50% en un an, a indiqué SeLoger, site spécialisé dans les transactions immobilières.
Par Le Revenu
Publié le 30/01/2024 à 18h35 | mis à jour le 31/01/2024 à 10h35

m88vinLiên kết đăng nhập
(©Mly)

m88vin

La hausse des taux d’intérêt a eu un impact sur le nombre des biens à louer. «Contraints de renoncer à leur projet d’achat, de nombreux primo-accédants ne libèrent (…) pas leur location», explique SeLoger.
La baisse de l’offre locative, «face à une demande grandissante», entraîne «mécaniquement une hausse des loyers». Ils ont augmenté de 3,5% en 2023 en France, selon le communiqué de la plateforme, consulté mardi par l’AFP.
A Paris, au 1er janvier 2024, «le stock d’annonces d’appartements à louer s’amenuise considérablement avec une réduction de -74% sur trois ans», affirme SeLoger. La baisse est même de 50% en un an.
Cette «baisse fulgurante» pourrait notamment s’expliquer par l’interdiction de la location des logements qui consomment plus de 450 kilowattheures par mètre carré par an, l’encadrement des loyers ou encore l’impact des Jeux olympiques dans la capitale cet été, «qui booste la location saisonnière», avance SeLoger.
Les députés ont adopté lundi à l’Assemblée nationale, en première lecture, un texte s’attaquant à la niche fiscale de meublés touristiques comme Airbnb. Une adoption qualifiée de «première victoire», par Guillaume Martinaud, président du réseau d’agences Orpi.
«Même si le chemin est encore long avant l’adoption définitive, nous soutenons ces mesures qui sont indispensables pour endiguer la crise du logement. Le marché du locatif vit une véritable traversée du désert, avec un vrai manque de biens disponibles sur le marché», poursuit M. Martinaud.
A Paris, les offres de location s’effondrent et les loyers augmentent: en 2023, la hausse est de 3,3% dans la capitale, malgré une loi sur leur encadrement en vigueur depuis 2019, note SeLoger.
Hormis Paris, le reste de l’Île-de-France «suit la même dynamique de dégradation ».
En Seine-et-Marne, par exemple, les loyers ont augmenté de 3,4% en un an, quand le stock d’appartements à louer a diminué de 21,9%, souligne le site SeLoger.

Le Revenu, avec AFP

fun88k 8xbet gg mu88 bet fun88 chính thức w88no1

Articles réservés aux abonnés