Conseil

Nos conseils pour bien choisir

Partager
Choix de la banque prêteuse, durée d’emprunt, assurance emprunteur. En tant que novice, soyez vigilant à chaque étape de votre financement pour ne pas vous tromper et éviter les mauvaises surprises.
Par Le Revenu
Publié le 22/04/2022 à 06h00 | mis à jour le 10/12/2023 à 13h07
Cet article est réservé aux abonnés.

m88vinLiên kết đăng nhập
(© Adobestock)

m88vin

Le choix du crédit qui financera l’acquisition de votre premier logement aura un impact considérable sur le coût de votre projet. Il est donc indispensable de bien comprendre le fonctionnement d’un emprunt immobilier pour ne pas vous tromper. Le Revenu vous donne les trois points sur lesquels vous devez être particulièrement vigilant au moment de souscrire votre crédit.

Bien choisir la banque

Il est primordial de bien choisir l’établissement qui vous accordera le crédit finançant l’achat de votre premier bien immobilier. En tant que novice, votre premier réflexe sera de vous tourner vers votre banque. Or, même si vous avez toujours été client au sein de la même agence et que votre conseiller connaît parfaitement votre dossier, n’hésitez pas à faire jouer la concurrence pour obtenir de meilleures conditions d’emprunt.

Une fois l’offre de crédit de votre banque en main, faites le tour des différents établissements de votre ville. Pour vous compter parmi leurs nouveaux clients, certaines banques sont prêtes à vous soumettre des offres très attractives. Néanmoins, avant de démarcher les banques, pensez à constituer un dossier d’emprunt solide, démontrant votre capacité d’épargne, la stabilité de votre situation professionnelle et la gestion saine de vos comptes. En tant que primo-accédant, toutes ces démarches peuvent vous faire peur. Pour les éviter, vous pouvez toujours faire appel à un courtier en crédit. Ce dernier négociera pour votre compte auprès de différentes banques. Le courtier est rémunéré par des frais de courtage, représentant généralement 1 % du montant emprunté.

La durée optimale pour vous

Si vous êtes primo-accédant ayant moins de 40 ans, contracter un prêt sur une durée assez longue (vingt ans), maximisera vos capacités d’emprunt et vous permettra d’acquérir une surface plus grande sans dépasser le taux d’endettement maximum autorisé, qui est de 35 %. En baissant ainsi vos mensualités, vous conserverez une certaine capacité d’épargne, vous permettant de financer d’autres projets, comme d’éventuels travaux dans votre futur bien.

Cependant, en souscrivant un crédit immobilier sur plus de vingt ans, le coût global de votre emprunt sera plus important. En effet, la différence de taux entre un crédit sur vingt ans et vingt-cinq ans est conséquente : il faut compter en moyenne 1,30 % sur vingt ans contre 1,40 % sur vingt-cinq ans. Au final, emprunter sur vingt ans permet de faire baisser le coût de votre projet de plusieurs milliers d’euros.

Attention à l’assurance emprunteur

En tant que primo-accédant, vous serez probablement tenté de négocier seulement le taux et la durée de votre crédit immobilier. En réalité, vous devrez également absolument prendre en compte les conditions (garanties facultatives, délai de carence, exclusion de garantie…) et le coût de l’assurance emprunteur.

En effet, ces éléments peuvent varier sensiblement d’un établissement prêteur à un autre. Sachez par ailleurs que vous pouvez tout à fait opter pour une assurance emprunteur autre que celle proposée par la banque vous accordant votre emprunt. On parle alors de « délégation d’assurance ». N’hésitez pas à comparer les contrats proposés par différentes banques et assureurs avant de faire votre choix. Si vous décidez de souscrire un contrat d’assurance dans un autre établissement, sachez que la banque prêteuse est en droit de le refuser s’il offre des conditions moins avantageuses que celui qu’elle propose. fun88k 8xbet gg mu88 bet fun88 chính thức w88no1

Articles réservés aux abonnés