Arnaques aux crédits et livrets d’épargne: des pertes en dizaines de milliers d’euros

Partager
L'ACPR, le gendarme français des services financiers, a indiqué jeudi avoir inscrit l'an dernier sur sa «liste noire» 1.262 sites ou entités proposant des produits financiers sans y être autorisés, les pertes pouvant atteindre pour les victimes des dizaines, voire des centaines de milliers d'euros.
Par Le Revenu
Publié le 18/01/2024 à 11h37 | mis à jour le 24/01/2024 à 15h36

m88vinLiên kết đăng nhập
(©AdobeStock)

m88vin

La « quasi-totalité » des offres frauduleuses « concerne de faux crédits ou livrets d’épargne et, pour plus de 53% d’entre elles, usurpent l’identité d’un établissement ou d’un intermédiaire financier dûment autorisé à commercialiser de tels produits », explique l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) dans un communiqué.

La liste concerne aussi des services de paiement ou contrats d’assurance.
Parmi les dossiers reçus par l’ACPR en 2023, la perte moyenne observée concernant les faux livrets s’élève à 93.000 euros, « avec même un dossier à 1 million d’euros », a précisé un porte-parole à l’AFP. Concernant les faux crédits, la perte moyenne est de 13.000 euros, mais peut être plus élevée dans certains dossiers, jusqu’à 60.000 euros l’an dernier. Les victimes qui se sont signées à l’Autorité « appartenaient à toutes les catégories socioprofessionnelles ».
Ces montants sont en hausse ces dernières années, tout comme le nombre de sites ou entités inscrits sur la « liste noire » et la proportion d’usurpation de professionnels autorisés.

Multiplication de faux contrats en financement participatif

Les escrocs disposent d’une cible potentielle de victimes très large, car les livrets d’épargne et les crédits sont des produits financiers du quotidien, déplore l’ACPR. Les victimes, à la recherche d’un placement sûr et rémunérateur, sont mises en confiance par leurs principales caractéristiques: absence de risque de perte en capital et disponibilité des fonds.

L’ACPR alerte également les épargnants cette année sur « la multiplication de faux contrats en financement participatif proposant d’investir dans des projets portant sur les énergies renouvelables, les EHPAD, des chambres en résidence étudiante ou encore dans des parkings équipés de bornes de recharge électrique ».
En 2023, 46 sites internet ou courriels frauduleux ont été inscrits dans cette catégorie, contre 20 en 2022. L’ACPR, parfois secondée de l’Autorité des marchés financiers (AMF), met régulièrement en garde le grand public contre l’augmentation des escroqueries autour des produits financiers.
.

Le Revenu, avec AFP

fun88k 8xbet gg mu88 bet fun88 chính thức w88no1

Articles réservés aux abonnés