Placement retraite : jusqu’à quel âge peut-on souscrire un PER?

Partager
Sur le plan légal, il n'y a aucune restriction d'âge ni de statut professionnel pour l'ouverture d'un PER. Chaque assureur détermine, pour chaque contrat, ses propres critères en termes d’âge et de situation professionnelle.
Par Carole Molé Genlis
Publié le 27/11/2023 à 07h05 | mis à jour le 11/12/2023 à 18h01
Cet article est réservé aux abonnés.

m88vinLiên kết đăng nhập
(© Adobestock)

m88vin

Il n’est pas rare que des lecteurs du Revenu nous demandent jusqu’à quel âge il est possible d’ouvrir un plan d’épargne retraite (PER) et si on peut en souscrire un alors que l’on est déjà retraité.

Même si la loi Pacte a conçu le PER en 2019 dans le but d’encourager les Français à se constituer une épargne supplémentaire en vue de préparer leur retraite future, il n’est pas impossible de souscrire un PER même après avoir pris sa retraite et/ou à un âge avancé.

Sur le plan légal, il n’y a aucune restriction d’âge ni de statut professionnel pour l’ouverture d’un PER. Concrètement, chaque assureur détermine, pour chaque contrat, ses propres critères en termes d’âge et de situation professionnelle.

Jusqu’à 80 ans… pour de très rares contrats

Les contrats acceptant des souscriptions après 70 ans sont assez peu nombreux et certains ne sont accessibles qu’aux épargnants âgés mais encore en activité… ce qui restreint considérablement la cible des clients potentiels.

Par exemple, parmi les PER primés Trophées d’or 2023 du Revenu, vous pouvez ouvrir un contrat Évolution PER chez Assurancevie.com jusqu’à l’âge de 80 ans ou un contrat Cachemire PER à la Banque Postale jusqu’à 78 ans… si vous n’êtes pas déjà retraité.

Le nouveau PER Placement-direct Retraite ISR prévoit, quant à lui, une limite d’âge d’adhésion de 70 ans maximum si l’adhérent a déjà liquidé ses droits à retraite obligatoire, mais de 75 ans s’il est toujours en activité.

Actif ou retraité

Les PER acceptant des nouvelles souscriptions entre 64 ans et 70 ans sont, eux, plus nombreux. Par exemple, à la MACSF, le contrat RES Retraite peut être souscrit jusqu’au jour de son 70e anniversaire tandis que pour Yomoni Retraite et LCL Retraite, vous devez avoir au maximum 68 ans et, pour MIF Retraite ou Afer Retraite individuelle, moins de 67 ans mais uniquement si vous êtes encore en activité.

Pour couronner le tout, un certain nombre d’assureurs n’imposent ni limite d’âge, ni statut professionnel, voire acceptent des dérogations au-delà des limites indiquées dans leurs conditions générales.
Sexagénaire ou septuagénaire, encore actif ou retraité, en cherchant un peu, vous pouvez donc toujours dénicher un PER qui correspond à votre âge et situation professionnelle. Cependant, l’intérêt fiscal ou patrimonial peut être limité et dépend largement de votre profil.

m88vin

fun88k 8xbet gg mu88 bet fun88 chính thức w88no1

Vous êtes toujours en activité

Professionnel libéral, chef d’entreprise, voire salarié… Il n’est pas rare de poursuivre son activité à un âge avancé, bien au-delà de 64 ans. Dans ce cas, le PER conserve tout son attrait. Vous pouvez même l’ouvrir quelques mois avant de liquider votre retraite.

Attention, le PER étant fortement fiscalisé à la sortie, pour que l’opération soit avantageuse, votre foyer fiscal doit se situer dans une tranche d’imposition inférieure au moment où vous prévoyez de récupérer les capitaux ou de percevoir la rente.

Vous avez liquidé votre retraite

Une fois à la retraite, le principal avantage d’un PER réside dans sa liquidité. Vous pouvez le débloquer à votre convenance, sans avoir à justifier votre décision, et récupérer les fonds soit en capital, soit sous forme de rente, selon votre choix.

Cependant, si l’on veut récupérer les fonds, l’efficacité fiscale associée à ce placement est limitée. D’une part, le plafond des versements déductibles est moins intéressant qu’en période d’activité.

Pour des versements en 2023, vous ne pouvez pas déduire de vos impôts plus de 4.113 euros – soit 10% du plafond annuel de la sécurité sociale (PASS) de l’année précédente – et ce, même si votre pension de retraite est supérieure. En comparaison, les actifs peuvent déduire jusqu’à 10% de leurs revenus professionnels si ce montant est plus favorable.
D’autre part, à la retraite, le taux marginal d’imposition (TMI) a généralement diminué et reste stable. Dans ce contexte, ouvrir un PER à la retraite pour défiscaliser et envisager de récupérer les capitaux quelques années plus tard présente peu d’intérêt.
Prenons l’exemple d’un retraité de 67 ans imposé à 11%. Il peut déduire de ses revenus 411 euros (11% x 4.113 euros) par an. S’il décide de récupérer les capitaux versés cinq ans plus tard, il devra rembourser au fisc, à taux marginal d’imposition constant, la même somme qu’il a économisée en impôt pendant cinq ans, soit 2055 euros.

Un scénario avantageux pour le PER à la retraite est de ne jamais le clôturer. Dans ce cas, en cas de décès, le conjoint touche les capitaux sans payer d’impôt.Les économies réalisées grâce à la réduction fiscale ne sont jamais remboursées au fisc.

Transférer son PER même à la retraite

En tant que retraité, si vous détenez déjà un PER, rien ne vous empêche d’en ouvrir un autre plus avantageux à vos yeux ou moins chargé en frais et d’y transférer les fonds de l’ancien contrat. Cette opération est gratuite, à condition que votre ancien PER ait plus de cinq ans.

m88vin

fun88k 8xbet gg mu88 bet fun88 chính thức w88no1
À noter que de nombreux contrats, non accessibles aux retraités, acceptent tout de même le transfert d’un PER détenu par un retraité. Une sérieuse option à étudier, surtout si vous souhaitez sortir en rente, car les frais liés à la conversion en rente varient considérablement, de 0% à 3% selon les contrats.
Attention, pour la transformation en rente, l’âge maximum est généralement fixé à 80 ans.
fun88k 8xbet gg mu88 bet fun88 chính thức w88no1

Articles réservés aux abonnés